Tro Bro Leon trop cruel

Benoît Jarrier 2è, Pierre-Luc Périchon 5è: pourquoi les ribinou ne nous ont pas souri

Photos Bruno Bade.

La déception était lourde ce dimanche 19 avril dans le camp Bretagne-Séché Environnement, à l’arrivée du Tro Bro Leon. L’épreuve atypique du nord Finistère ne figure toujours pas au palmarès de l’équipe, qui a pourtant parfaitement joué tactiquement toute la journée, par delà les ribinoù. Elle comptait ainsi deux hommes dans l’échappée des 30 derniers kilomètres, Benoît Jarrier et Pierre-Luc Périchon.

Cette maîtrise de la course n’a finalement échappé aux BSE que dans les… 50 derniers mètres, où Alexandre Geniez, surpuissant, a débordé Benoît Jarrier. Juste avant, au kilomètre, Pierre-Luc Périchon avait attaqué une fois encore, pour n’être rejoint qu’à 100 mètres de la ligne.

Une journée frustrante malgré l’incroyable tir groupé des maillots noir et vert à Llanilis : 2è Jarrier, 5è Périchon, 6è Vachon, 9è Ledanois, 11è Delaplace !

TRO BRO LEON 2015 / PHOTO BRUNO BADE /

Benoît Jarrier, 2è :  » Je suis très, très déçu… Je ne sais pas ce qui m’a pris de déboucher aussi tôt de la roue de Florian Sénéchal. J’étais bien calé, je devais encore attendre, et je commets cette erreur… La peur de gagner peut-être ? Je savais pourtant que j’avais laissé du jus en cours de route: j’ai changé trois fois de roue et j’ai bouché 1’30 » avec Bagdonas pour revenir sur le groupe de Pierre-Luc… Je n’avais peut-être pas les jambes de dimanche dernier dans Paris-Roubaix, où j’avais plus de force ? Je fais encore 2, comme en 2012, et j’étais 4è ici l’an dernier… J’aime tellement cette course. Quelle déception. « 

TRO BRO LEON 2015 / PHOTO BRUNO BADE /

Pierre-Luc Périchon, 5è : «  J’ai voulu jouer collectif jusqu’au bout, c’était normal car a priori, Benoît va plus vite que moi. Mais quand j’ai attaqué dans le dernier kilomètre, j’y est cru. Mais j’ai passé près de 100 kilomètres échappé, les forces m’ont manqué dans les 200 derniers mètres. J’ai coincé dans les 200 derniers mètres, c’est Benoît qui me passe parce qu’il est déjà sorti du sillage de Sénéchal, et je vois Geniez le déborder. Dur… On avait pourtant maîtrisé les événements jusque là. C’est une grosse déception. « 

TRO BRO LEON 2015 / PHOTO BRUNO BADE /

Florian Vachon, 6è : «  On a bien maîtrisé toute la course, avec un coup d’avance. On n’a rien subi et à l’arrivée ça ne paie pas. C’était une belle journée, avec Benoît et Pierre-Luc devant qui sortaient d’un beau Paris-Roubaix, ils avaient toute notre confiance. Mais après 205 kilomètres sur les ribinoù, c’est la fraîcheur athlétique qui prime et Alexandre Geniez sort d’une jolie série, on le savait très fort. « 

 TRO BRO LEON 2015 / PHOTO BRUNO BADE /

Roger Tréhin, directeur sportif : «  La déception prime, bien au-delà de notre belle présence tout au long de ce Tro Bro Leon. On était partout, tout le temps, on passe tout près et on ne gagne pas, c’est rageant. On a couru en avance toute la journée, c’était quasi parfait. Pierre-Luc et Benoît avaient comme consigne d’attaquer chacun leur tour, on espérait que Benoît soit le plus rapide. Je crois qu’il se découvre un peu trop tôt dans le sprint, il y avait un petit vent de face sur la ligne…  » 

TRO BRO LEON 2015 / PHOTO BRUNO BADE /

À mi-parcours de la Coupe de France PMU 2015 (8 épreuves sur 16 disputées), Pierrick Fédrigo conserve la tête du classement individuel, et la formation Bretagne-Séché Environnement prend ses distances au classement par équipes, dont elle est plus que jamais leader..

FacebookTwitterGoogle+