Steven Tronet : « Clôturer une année à part »

Le championnat de France se tiendra ce dimanche à Vesoul

Dimanche, Steven Tronet remet son titre en jeu sur le circuit exigeant de Vesoul. Ils seront 162, dont 17 coureurs de la formation Fortuneo Vital Concept à courir après.

 

Les réactions des coureurs

Steven Tronet : « Je ne garde que des bons souvenirs de cette année en bleu-blanc-rouge même si je n’ai pas pu profiter de ces deux derniers mois comme je l’aurais souhaité. Mon fils est né prématuré, depuis je jongle entre l’hôpital et l’entrainement. Ce n’est pas l’idéal mais j’ai fait mon maximum pour être performant dimanche, pour clôturer une année à part dans ma carrière. »

Pierrick Fedrigo : « Il n’y a que la première place qui compte. Ce n’est pas une coupe mais le maillot que nous voulons tous aller chercher. C’est une fierté de le porter. Aujourd’hui, on me parle toujours de mon titre, être champion de France c’est être reconnu par le grand public. Ce sera ma dernière participation, malheureusement j’ai été contrarié dans ma préparation à cause de problèmes de dos. »

4 JOURS DE DUNKERQUE 2016 / 4 MAI 2016 / PHOTO BRUNO BADE /

Anthony Delaplace : « Au bout des 250 kilomètres, c’est le maillot et la marseillaise. C’est le rêve de tous les coureurs français. J’espère avoir de meilleures sensations que sur le chrono pour pouvoir jouer dans le final. »

Arnaud Gérard : « Pour nous c’est déjà une course à part mais je pense que pour Steven Tronet ça sera un moment très fort. On rêve tous de gagner mais un seul aura le maillot dimanche soir. C’est une course d’usure. Certaines formations sont très représentées et auront le poids de la course, nous aurons un rôle d’outsider mais nous jouerons les coups à 100%. On ne peut pas se permettre de passer à côté d’un tel évènement. »

Pierre-Luc Périchon : « Cette année, je risque d’être un peu court à cause de ma fracture de la clavicule sur Paris-Nice. En revanche, je me suis préparé pour aider les coéquipiers sur un circuit qui s’annonce difficile. »

Florian Vachon : « C’est une phrase que l’on entend souvent mais qui reflète parfaitement ce qui va se passer dimanche : tout est possible sur un championnat. Nous avons de bonnes cartes à jouer. D’autres français sont en forme et ont à cœur de briller mais être favori ce n’est pas être vainqueur. Il n’y a qu’un championnat par an, la pression est souvent importante au départ. »

Jonathan Hivert : « Cette année les championnats vont me permettre de lancer ma saison. Je sors d’un bon bloc d’entrainement. Je commence à me sentir bien et je vais me donner à 100% pour l’équipe. »

Francis Mourey : « Le championnat de France est toujours une course spéciale avec une ambiance unique autant chez les coureurs que chez les spectateurs. Avec le cyclo-cross, j’ai eu neuf fois la chance de porter le maillot bleu-blanc-rouge sur un podium et d’écouter la marseillaise, ce sont neuf moments uniques. »

CYCLO CROSS : Coupe Du Monde Elites  - Lignieres - 17/01/2016

Fred Brun : « J’y pense toute la semaine précédant les championnats C’est la course de l’année. On rêve tous de la gagner un jour. »

Julien Loubet : « Tout est possible sur un championnat, il faut y croire. Au bout de l’épreuve, il peut y avoir la plus belle victoire d’une carrière. »

Maxime Cam : « C’est une course a part où seule la victoire compte. C’est le rendez-vous incontournable de tous les coureurs français, remporter le championnat, c’est marquer l’histoire de son sport. »

Jean-Marc Bideau : « Chaque année, j’attends la course avec impatience. Du coté des spectateurs et des équipes l’atmosphère est différente ce jour là. Même si le parcours est éprouvant, chaque coureur élève son niveau le jour J. »

Armindo Fonseca : « Un championnat de France ce n’est pas comparable avec une autre course. Revêtir la tunique bleu-blanc-rouge dépasse le sport, c’est représenter la France pendant un an. »

Kevin Ledanois : « J’y pense depuis plusieurs semaines. Je sors fatigué du Tour de Savoie mais cela ne m’inquiète pas. Je retrouve de bonnes sensations et je me mets petit à petit une bonne pression comme lors des mondiaux l’an passé. J’ai hâte d’y être. »

Franck Bonnamour : « Ce sera mon premier championnat de France chez les professionnels. Cela représente quelque chose de grand pour moi. J’espère être dans le « match » le plus longtemps possible et aider les leaders de l’équipe. Nous donnerons tout pour gagner ce maillot. »

Benoit Jarrier : « Pour moi, être champion de France ce n’est pas une journée mais une année d’euphorie et aussi des liserés aux couleurs de son pays à vie ! C’est l’une des plus belles. »

Brice Feillu : « C’est une course d’un jour mais c’est sûrement la plus importante de la saison. Il y a non seulement la victoire mais aussi un rôle à aller chercher : celui de représenter la France sur le vélo. »

SORENSEN Chris-Anker

5

L’équipe Fortuneo-Vital Concept sera également représentée dans cinq championnats nationaux. Sur un terrain qui lui est défavorable, avec une probable arrivée au sprint, Chris-Anker Sorensen remet en jeu son titre de champion de Danemark. Yauheni Hutarovich tentera de décrocher une cinquième couronne biélorusse. Boris Vallée en Belgique, Daniel McLay en Grande Bretagne et Vegard Breen en Norvège auront à cœur de briller sur leurs terres.

FacebookTwitterGoogle+