Sébastien Hinault fait le bilan

« L’équipe a pris conscience qu’elle était capable de gagner »

Sébastien Hinault, notre directeur sportif, livre son bilan de la saison 2016. Il explique également comment il appréhende la saison prochaine avec le recrutement de coureurs performants.

Quel bilan tires-tu de cette saison ?

« Nous avons obtenu neuf victoires cette année, notre objectif était d’en atteindre quinze. Même si nous avons assisté à de belles courses, nous sommes en-dessous du résultat attendu. »

De quoi es-tu particulièrement satisfait sur cette saison ?

« L’esprit d’équipe a changé de façon positive. Les coureurs étaient dans une optique plus favorable à la victoire, ils ont compris qu’ils pouvaient réaliser de belles choses.  » 

Qui s’est révélé être une bonne surprise ?

« Dan McLay est en quelque sorte l’homme de l’année. On comptait sur lui et il nous a prouvé qu’il pouvait briller, notamment sur le Tour de France. Il s’est révélé être un sprinteur redoutable, au Grand Prix de Denain par exemple. Il a pris une certaine dimension. Pour cette fin de saison, on espère qu’il se démarquera aux Championnats du Monde, il est en très bonne condition pour aborder cette épreuve. »  

Peux-tu nous faire partager un souvenir marquant de cette saison ?

« C’est difficile de choisir un évènement en particulier, je garde forcément les bons souvenirs. Le début de saison a bien démarré avec la victoire de Francis Mourey aux Championnats de France de cyclo-cross, il y avait une tension exceptionnelle. Le Grand Prix de Denain m’a également marqué, c’était extraordinaire. Et bien sûr je garde un souvenir particulier du Tour de France. »

Quels sont les points à améliorer pour l’année prochaine ?

« L’équipe a pris conscience qu’elle était capable de gagner. Et pour obtenir davantage de victoires, l’investissement collectif et individuel est de mise. Chacun doit se remettre en question et donner le meilleur de lui-même. »

Comment abordes-tu la saison 2017 ?

« Je pense que l’arrivée de coureurs comme Gianni Meersman va être bénéfique pour l’équipe. Nous allons accueillir des coureurs de renom, ils auront besoin d’être entourés et pour ça, nous aurons besoin de toute l’équipe. »

Pour finir, tu es passé de coureur à Directeur Sportif il y a 2 ans, qu’est-ce-qui change réellement pour toi ?

« Etonnamment, je prends plus à cœur chaque course. Le fait de ne pas être acteur est quelque peu frustrant. Malgré toutes les directives que je peux leur donner, je ne peux pas pédaler à leur place. En revanche, lorsqu’ils gagnent, je suis presque plus heureux que quand je gagnais moi-même. »

bilan-2016

 

 

FacebookTwitterGoogle+