Première pour Eduardo Sepulveda

À 23 ans, enfin vainqueur aux Boucles Sud Ardèche

Eduardo Sepulveda, 23 ans, a remporté la première victoire de sa carrière professionnelle ce 28 février au terme des Boucles Sud Ardèche. L’Argentin a succédé à son coéquipier Florian Vachon, vainqueur l’an dernier de la même épreuve, et a signé le cinquième succès 2015 de Bretagne-Séché Environnement, après les quatre étapes remportées à la Tropicale Amissa Bongo grâce à Dan McLay et Yauheni Hutarovich.

Eduardo Sepulveda s’était déjà signalé en janvier en prenant la 4è place du Tour de San Luis, en Argentine, sur les talons de Nairo Quintana. Il avait pris la 17è place du Tour du Haut-Var dimanche dernier.

Grâce à ce premier succès, il tourne définitivement la page d’une saison 2014 difficile, après un printemps prometteur, devancé par exemple in extremis par Jean-Christophe Péraud pour la victoire au sommet du Mont Faron dans le Tour méditerranéen. Mais il avait dû ensuite renoncer à son premier Tour de France en raison d’un douleur au plateau tibial, puis s’était fracturé la clavicule dans une chute lors du championnat du monde sur route, fin septembre.

En début de semaine, il avait participé aux championnats du monde sur piste avec la sélection argentine (13è temps en poursuite par équipes), à Saint-Quentin en Yvelines.

Eduardo Sepulveda : « Cette victoire me procure un grand plaisir. Je l’attendais avec impatience, même si je n’ai que 23 ans. Encore une fois, comme à San Luis, je dois souligner le travail de toute l’équipe, qui a su me placer avant les dernières difficultés. J’ai beaucoup travaillé toute la semaine afin de préparer Paris-Nice, et les derniers kilomètres ont été difficiles. J’ai fait une sorte de contre la montre de 20 kilomètres avant de revenir sur le coureur de Marseille 13 (Julien Loubet). Je ne pouvais pas rouler à plus de 40-42, vent de face. J’y ai vraiment cru en haut de la dernière bosse en voyant une seul coureur (Kevin Reza) en contre derrière nous. On avait 200 kilomètres dans les jambes, lui-aussi devait être cuit… Et puis j’ai encouragé mon compagnon d’échappée à rouler, il n’y croyait plus trop mais il l’a fait. Moi-même j’avais des crampes dans la dernier cote (la Vinasse). Je suis heureux de remporter cette première victoire en début de saison, et avant Paris-Nice. »

Roger Tréhin, directeur sportif: « Nous avons raté la première échappée mais avec sept équipes WorldTour, on se doutait que ça rentrerait. Nous avions prévu d’amener Pierrick Fédrigo, Jonathan Hivert et Eduardo le mieux possible au pied des dernières difficultés, ça s’est bien décanté pour « Edu », avec Arnaud Gérard en plus en protection. Mais « Edu » a souffert sur la fin. 200 kilomètres de cette difficulté fin février, ce n’est pas rien. On gagne en Europe tout de suite, c’est parfait.« 

Emmanuel Hubert, manager général: « Cette victoire va apporter une grande confiance à Eduardo. Dans sa tête, il est d’abord un homme de courses à étapes. Alors remporter une belle course d’un jour, c’est important pour lui. Je suis certain qu’il a pensé à son papa, trop tôt disparu. Je sais ce qu’est d’avoir perdu un parent, il pédale un peu pour son papa aussi… Eduardo est au début d’une grande carrière. C’est notre première victoire en Europe, la cinquième de la saison pour fermer le mois de février. Ce n’est pas mal. » 

Photo La Dauphiné.

 

FacebookTwitterGoogle+