Les beaux voyages de M. Périchon

Pierre-Luc Périchon raconte pourquoi il aime tant les échappées du Tour 2015, son premier.

Photos Photonews / Panoramic

Le voyage de M. Perrichon est un grand classique du théâtre français de la fin du 19è siècle, signé Eugène Labiche. Pierre-Luc Périchon (sa bio complète ici) n’a même pas eu à s’en inspirer pour effectuer au cours de son premier Tour de France de très nombreux voyages. Échappé à cinq reprises déjà au pied des Alpes, à cinq jours de l’arrivée à Paris, il a remporté le Prix de la combativité le 18 juillet entre Rodez et Mende, et était devenu ce jour-là  » Super baroudeur » du Tour, coureur ayant effectué le plus grand nombre de kilomètres échappé. À travers ces faits athlétiques se dessine une philosophie du cyclisme. Écoutons-le.

CYCLISME : Tour de France - Etape 13 - Muret / Rodez, - 17/07/2015

Tu es devenu le Super baroudeur du Tour entre les Pyrénées et les Alpes, et tu souffres du genou droit, pourquoi ?

Dans l’étape de Mende, j’ai attaqué à 9 kilomètres de l’arrivée et fait une petite vague sur la droite. Un garde républicain arrivait lancé de derrière, il m’a heurté, ce n’est pas de sa faute. Il voulait passer vite pour ne pas nous gêner. Ça fait partie de la course. Et il est venu s’excuser le lendemain.

Mais pour attaquer à ce moment là, il faut pouvoir !

Oui, je n’étais pas trop mal. J’ai beaucoup joué de ma présence dans l’échappée la veille déjà pour sauter quelques relais. J’en ai pas mal parlé aux gars, je leur disais que j’étais un peu fatigué… Ça passait. Il y en avait d’autres qui ne voulaient pas trop passer parce qu’ils avaient un leader derrière. À partir du moment où un dit ça… Je me suis donc économisé un maximum.

On apprend plus vite dans le Tour lorsque l’on est devant ?

Non. On apprend plus vite dans le peloton, mais on y subit davantage la course. Dans le peloton, on n’a jamais le droit de se déconcentrer, le placement est essentiel, en permanence. Autre chose : dans l’échappée, l’effort est rectiligne, toujours le même. Dans le peloton, ça part fort, ça se relâche un peu, ça embraille très fort sur la fin. Quand on roule à 60, 65 km/h dans le final d’une étape, j’ai l’impression que physiologiquement, le corps apprend plus vite. Dans une échappée, on va rouler entre 40 et 45 km/h pendant trois ou quatre heures. L’organisme ne doit pas assimiler le même type d’effort, je trouve ça plus light.

CYCLISME : Tour de France - Etape 13 - Muret / Rodez, - 17/07/2015

C’est plus facile également en terme d’alimentation ?

Oui. Même si on doit souvent faire un effort violent pour se projeter dans une échappée, c’est presque plus confortable ensuite au niveau récupération, méthabolisme. C’est plus simple pour le corps. Dans l’échappée vers Mende, si j’ai eu besoin d’une quinzaine de bidons, dès que je levais la main, la voiture de Roger Tréhin était à ma hauteur. Quand on est dans le peloton, soit on descend à la voiture chercher des bidons pour tout le monde, soit on attend plus longtemps que la voiture se fraie un passage parmi les autres. Là, j’avais tout ce que je voulais tout de suite ! Il y a plus de confort.

Tu l’as vérifié ?

Jean-Jacques Menuet, le médecin de notre équipe, peut en témoigner. Le jour où il a fait si chaud, dans l’étape de Rodez, jusqu’à 40°, j’étais beaucoup moins déshydraté que les autres coureurs de l’équipe alors que j’avais fait 180 kilomètres devant, avec des costauds !

À t’entendre, c’est super facile d’être échappé dans le Tour ?

Il existe deux types d’échappée. Les « publicitaires » comme celle que j’ai faite à Amiens. Km 0, deux copains s’en vont et tout le monde les regarde faire. Et puis les échappées dont on pense qu’elles peuvent aller au bout. C’est la majorité sur ce Tour. Et là ça bataille vraiment. Dans l’étape de Mende, on a bagarré pendant 50 kilomètres pour sortir à vingt-quatre, on se fait reprendre, on ressort à vingt, on se fait encore reprendre et puis vers le sprint du km 90, on ressort encore une fois et on retrouve des gars qui étaient restés devant. À ce moment-là, les Sky ont laissé filer. C’est toujours le peloton qui décide du sort d’une échappée. Devant, on ne roulait pas si fort que ça. Tout le monde comptait ses coups de pédale.

CYCLISME : Tour de France - Etape 13 - Muret / Rodez, - 17/07/2015

 Mais on décide tout de même d’y aller ou pas ?

Plus ou moins. Vers Mende, la consigne était de rester autour de Pierrick (Fédrigo) pour l’aider à ne pas rater la bonne échappée justement. Je savais qu’il n’était pas loin, Florian (Vachon) non plus mais après une première heure très sinueuse où il y avait déjà eu du grabuge, on a eu droit à un gros coup de vis des Sky, qui ont tout mis en file indienne, à 55 km/h. Quand on ressort au moment du sprint, personne n’est certain que ça va être la bonne échappée. Et pourtant…

Tu commences à être connu dans le peloton ?

Non. Les Français me connaissaient déjà. Les Pinot, Bardet, c’est ma génération, on a couru ensemble chez les amateurs. J’ai passé deux jours de suite échappé avec Cyril Gautier, ça créé aussi des liens. Les étrangers, non, ne savent pas encore qui je suis.

En venant au Tour de France, tu avais cette ambition d’être aussi souvent à l’avant ?

C’est mon premier Tour. J’avais les infos de mes coéquipiers, qui m’avaient parlé de leur expérience.  » Tu verras, ça roule 5 km/h plus vite, quand tu en mets une et après tu recules…  »  C’est vrai, je ressens ça, mais j’ai la chance d’être arrivé en forme. Et puis les problèmes de santé des jours qui ont précédé font que j’ai décidé de profiter de chaque instant. À Utrecht, j’ai tout de même failli rentrer à la maison. Alors sur le vélo, ce n’est du bonheur. Si ça avait voulu mal tourner, je ne serai pas là, donc j’ai peut-être la chance avec moi aussi. Je profite un max, je prends du plaisir.

C’est un petit miracle, si on repense aux jours qui ont précédé le départ ?

J’étais couché, avec 40° de fièvre. Le mercredi, j’étais au fon du trou. Le jeudi, ç’allait un peu mieux, je commence à y croire. Le vendredi matin, je fais une rechute après être allé rouler. Mais on avait annoncé que je partais, il fallait y aller mais dans ma tête, je me disais que si je restais dans le même état, ce serait compliqué. Je craignais la météo le dimanche en Zélande, j’avais peur de rentrer à la maison le soir s’il y avait un temps de fou. Le mardi, sur les pavés, j’allais mieux. Mais j’étais allé à l’hôpital d’Anvers la veille au soir pour des examens.

Quand tu attaques au km 0 de l’étape d’Amiens, le cinquième jour, c’est pour te prouver quelque chose ?

Pour me prouver et pour rassurer ceux qui me suivaient depuis le départ et qui se faisaient du souci. Je voulais leur montrer que je m’engeais dans la course, que j’allais montrer mon vrai tempérament. Je suis un attaquant. La course, tu la subis ou tu la fais. Je préfère la faire.

CYCLISME : Tour de France - Etape 8 - Rennes / Mur de Bretagne - 11/07/2015

Mais tu es un coureur assez complet, avec une petite pointe de vitesse aussi. Tu ne gngnerai pas à être un peu plus attentiste ?

Je vais vite dans un groupe de quinze, pas dans un peloton. Et encore, faut pas qu’il y est de sprinters. Je connais ma puissance maximale, j’ai un tiers de watts de moins que Greipel ! J’ai toujours couru comme ça. Je ne me l’explique pas.

Au lendemain de tes deux échappées consécutives, dans l’étape de Valence, tu n’as pas eu peut de craquer ?

Si. Une seule solution, rester dans les trente premiers. Je ne me suis jamais battu comme ça pour le placement, même avec des gars de grosses équipes. Mais je me moque de savoir ce qu’ils en pensent. Si je m’étais retrouvé à l’arrière du peloton, peut-être j’aurais sombré. Et vu la fatigue que je ressentais…

 

FacebookTwitterGoogle+