Etape 14 : Ça s’organise autour de Dan

L'anglais a obtenu trois Top10 et un Top3 depuis le début du Tour

L’étape du jour était promise aux sprinteurs et ce n’était pas pour déplaire à Dan McLay. Depuis le début du Tour l’anglais peut se targuer d’avoir obtenu trois « Top10 » et un « Top 3 ». Pas mal pour un premier Tour. Alors forcément on se met à rêver d’une victoire…. Alors, aujourd’hui, toute l’équipe s’est organisée autour de Dan McLay pour tenter de réaliser un bon sprint. Malheureusement Dan se fait enfermer contre les barrières dans les derniers 200 mètres après un gros travail de placement. Demain, dans un autre registre, nous allons de nouveau tout donner pour peser sur la course !

Dan McLay : « Florian, Armindo et tous les autres m’ont placé dans les meilleures conditions possibles. J’étais dans les bonnes roues : celles de Cavendish et Kittel. Aux 500 mètres, j’ai accéléré, j’ai voulu passer à droite mais je me suis retrouvé enfermé contre les barrières. Je n’ai pas pu développer mon sprint. Les jambes étaient lourdes mais plus j’approchais de la ligne d’arrivée, mieux je me sentais. Je suis déçu de ne pas avoir pu défendre mes chances mais je ne peux m’en prendre qu’à moi-même. Une étape difficile m’attend demain. Je vais simplement donner le meilleur, comme je le fais à chaque fois, et espérer que ça passe. » 

Armindo Fonseca « Dans le final ça frottait beaucoup. On est resté avec Dan McLay le plus longtemps possible. Brice Feillu et Vegard Breen ont fait le travail jusqu’à deux kilomètres. Ensuite, Dan, Florian et moi sommes restés, à l’avant dans les roues d’Etixx Quick-Step. On a essayé d’emmener Dan au mieux, malheureusement il a subi une vague dans les derniers 200 mètres. Les sprints ne peuvent pas toujours sourire…mais peut-être le prochain ? Malgré tout, on met en place quelque chose de bien autour de lui. Personnellement, le rôle que j’ai eu aujourd’hui me convient. Une fois que je suis dans les roues, j’arrive à me faufiler et frotter. »

Sébastien Hinault (directeur sportif) « Dan avait les jambes pour faire un bon résultat. Malheureusement, à 200 mètres de la ligne il est un peu enfermé par Bryan Coquard, puis il se relève. Je pense qu’il avait les moyens d’accrocher un nouveau top 5. S’il n’était pas bloqué, c’était presque assuré. L’équipe doit se servir de ces sprints pour progresser. C’est en pratiquant que l’on devient plus fort et c’est très motivant d’avoir un bon sprinteur dans l’équipe. »

FacebookTwitterGoogle+