Les courses
Championnats de France
(France)
Le dimanche 25 juin 2017
Avant-course
Course
Après-course
Comment suivre la course ?
En direct
Les résultats
Classement général
Le résumé

Notre formation aura tout tenté sur ces championnats de France. Par Arnaud Gérard, d’abord, qui se retrouve dans la bonne échappée du jour. À 80 kilomètres de l’arrivée, Florian Vachon, dans le contre, rentre sur son coéquipier, il est imité par Elie Gesbert 20 kilomètres plus tard. Dans le dernier tour quatre coureurs se détachent, on y retrouve Florian Vachon. Malgré leurs efforts, ils sont repris à 6 kilomètres de l’arrivée. Ce sera un sprint réduit mais les deux favoris sont bien présents. Arnaud Démare s’impose devant Nacer Bouhanni, Pierre-Luc Périchon échoue au pied du podium. Dommage, la course était quasiment parfaite…

Pierre-Luc Périchon (4ème) :
« Je suis partagé entre joie et déception. Je suis très satisfait de cette quatrième place mais le podium était accessible. Pour moi, pour l’équipe, une médaille aux championnats de France c’est toujours bon à prendre. On a fait un travail collectif irréprochable. On a été de tous les combats. On avait quelqu’un dans l’échappée, quelqu’un dans le contre, avec Laurent on a essayé de relancer dans la dernière bosse. On était l’équipe la plus offensive de la course. J’ai manqué de confiance en moi pour le sprint. Je suis partie d’un peu trop loin. Monter sur la troisième marche du podium était à notre portée, mais je ne peux pas me plaindre, ce matin j’aurai signé pour. Je souligne le gros travail collectif de l’équipe, tout le monde était impliqué. Chacun a respecté le briefing. On a fait la course qu’on avait à faire on n’a rien à se reprocher, j’aurais aimé concrétiser pour l’équipe. »

Kévin Ledanois (6ème) :
« Arnaud Démare et Nacer Bouhanni étaient intouchables aujourd’hui mais il y avait la place de monter sur la troisième marche. Pierre-Luc était fort. Dans le final, on était placés avec Pierre-Luc et Laurent, mais on a manqué de repères pour bien mener ça. Depuis ma reprise, je progresse à chaque course, je viens prendre une sixième place, on m’aurait dit ça il y a deux mois je ne l’aurais pas forcément cru. »

Arnaud Gérard :
«  J’ai passé une belle journée à l’avant, c’était le bon plan (rires) en plus j’étais dans une bonne journée ! J’étais quand même content de voir Flo revenir sur moi puis Elie. A deux tours de l’arrivée, on était encore tous les trois dans un groupe de 13, c’était intéressant. Je savais que ça allait être compliqué pour moi d’aller au bout. Je me suis mis à bloc pour eux. Personnellement, je suis content de mes sensations et de ma course. On était là dans le final, on était bien placés, c’est dommage de passer à coté du podium.  »

 Florian Vachon :
« J’étais agréablement surpris de mes sensations et j’en ai profité pour attaquer. Si on voulait se donner une chance, il fallait faire une course de mouvement et fatiguer les équipes de sprinteurs. À deux tours de l’arrivée, on était encore 13, je me suis dit qu’on avait une petite chance d’aller au bout. On a eu le mérite d’essayer, on n’a pas de regrets à avoir. PLP n’était pas loin d’accrocher le podium, ça aurait conclu la journée d’une très belle manière. »

Sébastien Hinault (directeur sportif) :
« Il y a une part de déception vis-à-vis des efforts fournis mais je suis très fier de l’équipe et de ce qu’elle a fait aujourd’hui. On avait établi un plan offensif et on l’a respecté. L’équipe était forte et les supporteurs ont apprécié le spectacle. Mais face à nous, il y avait une FDJ soudée, plus nombreuse que nous et difficile à maitriser. Bravo à eux. Je pense qu’on méritait la troisième place, on se console avec la médaille en chocolat (rires). On n’a pas gagné mais on savait depuis le début que ça allait être compliqué. J’aurai aimé voir Maxime Daniel dans le final. On a pris des risques, c’est un bon état d’esprit et c’est bon signe pour le Tour. Comme je le dis aux coureurs, si on ne tente rien on ne peut pas s’attendre à des résultats, ça va payer. »