France 9 pour Francis

BANDEAU Lâche T. Frein

numéro 4 / 18 janvier 2016

A 35 ans, Francis nous a démontré magistralement comment faire du 9 avec du vieux. Les jambes de feu du héros dans un grand jour, sa puissance phénoménale dans la purée indigeste d’un plat très salé dans le Doubs, la détermination lucide de celui qui ne doute pas et la hargne du revanchard à domicile, ont relégué sa crevaison du premier tour de roues crantées au rang des anecdotes.

A ce niveau de maîtrise, elle a fait figure dans le premier tour de handicap volontairement imposé par les organisateurs au surdoué hors catégorie !

Francis, c’est bien français comme prénom. C’est celui de notre nouveau champion de France de cyclo-cross. Un homme tout de boue dans la gadoue du Doubs. Et pour qui le connaît, c’est un doux, affable et simple qui s’en est allé chercher avec panache, son Besançon nouveau. Durant l’hiver, il a accroché tous les jours sa charrue à une étoile à neuf branches. Et il l’a décroché sans trembler ! Respect Francis. 

Francis, c’est une force de la nature. Solide et discret, homme de la terre glaise, il roule à l’instinct et à l’ancienne, loin des connections. Débranché peut-être, mais terriblement efficace. Venturini a pris le vent et une fessée de jeune garnement trop sûr de son succès. Notre maçon sait mieux que personne boucher les trous, même quand la crevasse dépasse les 30 secondes. 

35 ans et déjà huit titres chez les élites mais une rage de débutant, ce 10 janvier 2016. Qu’il est bien taillé ce maillot tricolore. Amplement mérité, il te va comme un gant de course.  L’artisan de boue est un artiste debout, pour toujours dans la lignée des plus grands cyclocrossmen. Et l’histoire se concluait en affirmant qu’un Francis ne mourait jamais.

FacebookTwitterGoogle+