Manu dit banco !

BANDEAU Lâche T. Freinnuméro 3 / 16 janvier 2016

Manu, c’est le tôlier de l’équipe qui s’appelle désormais Fortuneo-Vital Concept, pour les trois années à venir. Et il en connaît un rayon, le boss !

Quand Manu dit banco, c’est pas bancal du côté Tropicale.  Ah, mais si !  L’Amissa, ce n’est pas les vacances au soleil de l’Afrique centrale en plein hiver – pas même pour Jonathan – afin de peaufiner son bronzage d’agriculteur et lézarder en combinaison moulée de dragueur de gazelles, socquettes blanches de premier communiant. 

Amissa Bongo, fille du père Omar et sœurette du président Ali, est la reine du tropique équatorial chaque année en janvier depuis 2006, date de la première édition de La Tropicale.  Amie Amissa, l’alibi d’Omar, shérif jusqu’en 2009 avant qu’Ali à l’écoute se gabonne au numéro. 

Avec les victoires de Huta et de Dan, l’équipe bretonne avait ouvert son compte en banque 2015. En chef d’orchestre corseté, Manu dit banco : c’est décidé je reprends le saxo en 2016 ! Steven et son beau maillot de champion de France seront du voyage, Brice aussi et les sprinteurs : chez FVC, on joue de  la grosse caisse.

Oh là Omar ! Vous avez mis sur grand plateau la plus belle des courses cyclistes de votre continent. Baba, Ali fait bingo et tourne la roue à son tour en prenant soin de garder le même plateau.

Exotique certes, cette épreuve en guise d’amuse-bouche mérite respect et considération. Au terme des 774 km, compétiteurs et organisateurs auront gagné leur liberté à Libreville la bien nommée. Le 24 janvier, la capitale du Gabon sera enrubannée pour l’occasion et justement fière de sa pépite.

Et quand toute l’Afrique s’éveillera au professionnalisme, le noir deviendra la couleur dominante que les Blancs s’encanailleront à leur contester. Le noir et le blanc réunis se marieront alors, formant dans un élan de sportivité désintéressée, un Gwenn ha Du du plus bel effet. On peut rêver.

FacebookTwitterGoogle+