Flèche Brabançonne

203,3 kms

Roeselare > Waregem

C’est sur une course de mouvement que nos coureurs ont tenté de jouer leur carte. Une échappée de six se forme dès les premiers kilomètres et comptera jusqu’à 5 minutes d’avance. A 40 kilomètres de l’arrivée, un groupe de contre sort du peloton, Pierre-Luc Périchon est parmi eux. Ils rattrapent l’échappée matinale et forment un nouveau groupe de tête à 13, avec notamment Van Rensburg, seul rescapé. Pierre-Luc Périchon est lâché après quelques kilomètres tandis que les attaques fusent à l’arrière, avec nos coureurs en tête de peloton. Elie Gesbert tente seul de rejoindre l’échappée mais en vain. Deux hommes réussissent à sortir et rejoignent les neuf hommes restants en tête à 3 kilomètres de l’arrivée. Malgré ses efforts, le peloton ne parviendra pas à revenir sur l’échappée. Sonny Colbrelli se montre le plus rapide, suivi de Petr Vakoc.

Pierre-Luc Périchon :

 » J’ai bien senti que j’avais encore Paris-Roubaix dans les jambes. Je me suis dit qu’en prenant l’échappée ce serait mieux pour moi mais l’entente et l’organisation n’y était pas. La forme était là mais il me manquait l’explosivité pour faire la différence. Je suis déçu quand je vois que l’échappée a été au bout mais il faut être lucide et garder en tête que ça reste une course très difficile. Je remarque quand même qu’on a tenté des choses, d’autant plus qu’on est partis à sept et pas huit (Brice Feillu, malade, n’a pas pu disputé la course), ça ne paye pas toujours.  »

Roger Tréhin :

 » Pierre-Luc a tenté l’échappée mais je pense qu’il a été lâché à cause du manque de récupération après Paris-Roubaix. Elie a essayé à son tour pour dynamiter la course mais c’est finalement Franck, Maxime et Eduardo qui ont réussi à se placer pour le final. Maxime et Edu ont été accrochés au pied de l’avant-dernière côte, ce qui les a empêché de disputer le sprint mais Franck a attaqué aux côtés de Bryan Coquard et s’en sort bien. Il lui a manqué des forces à lui aussi. Sur une course de cette difficulté, on se rend compte qu’on n’avait pas la fraîcheur nécessaire pour être dans le final. Ce qui nous a fait défaut, c’est le manque de récupération pour ceux qui ont disputé Paris-Roubaix ou Paris-Camembert. « 

FacebookTwitterGoogle+
Place Nom Equipe Temps
1 Sonny Colbrelli Bahrain Merida 4:44:22
2 Petr Vakoc Quick-Step Floors  "
3 Tiesj Benoot Lotto Soudal  "
22 Franck Bonnamour    +0'16"
40 Eduardo Sepulveda   "
55 Maxime Bouet   +0'46"
106 Florian Vachon   +7'08"
107 Elie Gesbert    
DNF : Arnold Jeannesson, Pierre-Luc Périchon
Place Nom Equipe Temps
1      
1      
1      
1      
1      
1      
1