Paris-Roubaix: le vélo des pavés

Bienvenue à notre service courses, autour de la préparation du Look 675 avant Paris-Roubaix

Coup de feu au service courses de Bretagne-Séché Environnement, périphérie de Rennes, dans la perspective de Paris-Roubaix le 12 avril. Grégory Guédon et Julian Levasseur, deux de nos mécaniciens, montent les huit vélos destinés à nos coureurs pour la Reine des classiques. Une semaine pas comme les autres. Pour un vélo pas comme les autres.

Look675.2

Depuis le début de saison, nos coureurs roulent sur le Look 795, bijou d’aérodynamisme et d’intégration, mais aussi de rigidité. Pas forcément compatible avec plus de 50 kilomètres de secteurs pavés, dont on ne peut soupçonner l’horreur tant qu’on n’y a pas posé la roue avant d’un vélo. Look Cycle, notre partenaire, avait la solution dans ses ateliers : leur 675, qui incarne pour la firme de Nevers le meilleur compromis rigidité-confort.

Ce sont donc huit cadres 675 que Greg et Julian ont équipé et bichonné avant Paris-Roubaix. Montés de roues American Classic que les coureurs choisiront: la 58mm carbone, très rigide, ou l’alu. Et de boyaux Challenge bien nommés, « Paris-Roubaix ». Cinq postes du Look 675 présente des caractéristiques propres à allier confort et rigidité:

Les bases arrières et haubans du cadre: Look a conçu un concept, le Dual Confort System Concept (DCSC), qui renforce le confort vertical, donc la souplesse du vélo, mais aussi le rigidité horizontale qui garantit l’efficacité et la performance. À sa conception, les feuilles de carbone sont réorientées pour offrir une forme de tube aplatie, sans que le périmètre de ce dernier soit diminué. Le concept permet la filtration des vibrations.

01_bretagne séché_2015

La fourche: elle est surdimensionnée au niveau du jeu de direction, vers le haut, mais s’affine vers la fixation de la roue avant. Pour mieux fléchir sous les chocs et là encore, assurer un maximum de confort.

La tige de selle: contrairement au 795, il ne s’agit pas d’une tige de selle intégrée. Elle est en carbone mais d’un diamètre de 27,2 mm, assez fin finalement. Elle fléchit efficacement et n’est pas « trop dure » sous les vibrations des pavés.

La potence: elle est intégrée, et le pilotage du vélo guidé par la technique Direct Drive Concept (DDC). L’accroche de la potence est très proche des roulements à fins d’efficacité. Le réglage de hauteur du cintre peut s’effectuer dans une marge de 0 à 30 mm. La précision du pilotage du vélo est, avec ce système, l’une des marques de fabrique des vélos Look.

 06_bretagne séché_2015

La boîte de pédalier: elle est large, 86,5 mm, dans la continuité des tubes carbone. Sa rigidité maximale assure une transmission optimale de la puissance de pédalage.

03_bretagne séché_2015

Look675.4

 « Les coureurs ont tendance à vouloir trop gonfler.

Le secret de Paris-Roubaix, c’est le gonflage… »

À ces caractéristiques techniques, nos mécaniciens apportent bien entendu leur savoir-faire, et même quelques petites astuces. Grégory Guedon, qui connait bien Paris-Roubaix, nous les expose ici.

PHOTO BRUNO BADE /« Un vélo plus traditionnel que le 795 ». « Le Look 675 est un vélo un peu plus classique et traditionnel que le 795. Nous avons par exemple installé un pédalier Shimano Dura Ace, pas le pédalier Look intégré. Mais il est aussi si proche au niveau des géométries que nos coureurs ne ressentent pas de vrai différence en terme de position, c’est l’objectif premier. Benoît Jarrier a voulu par exemple le tester lors de la Route Adélie, dix jours avant Paris-Roubaix, il n’a émis aucun retour négatif, il était très satisfait. Nous avons juste dû travailler autour des potences pour ajuster les positions au plus juste. Pour Yauheni Hutarovich, le seul où nous n’avons pas trouvé exactement les mêmes angles que d’habitude, le bas de son cintre est juste 8 mm plus haut… »

« Quelques petites astuces maison… » «  La batterie du dérailleur électrique du 675 est en forme de stylo, glissée dans la tige de selle et repose sur un tampon. Nous avons renforcé le tout avec du chatterton, pour que l’ensemble ne bouge pas sur les pavés. Nous avons aussi ajouté une patte anti-déraillement à l’intérieur du petit plateau pour éviter les sauts de chaîne. Enfin, il y a toujours le débat sur la guidoline à appliquer. Ça dépend de chacun mais en équipement de base, nous avons prévu une bande sur le haut du cintre, très plat puisqu’il s’agit du Look aero, et deux bandes sur le bas. »

« Le secret de Paris-Roubaix, c’est le gonflage. » «  Nos coureurs auront le choix entre deux jeux de roues American Classic: les Carbone 58 mm et les Alu. Nous avons jugé que les Carbone 38 mm pouvaient se révéler fragiles pour les pavés. Elles seront montées de boyaux Challenge Paris-Roubaix bien entendu. En fait, le secret de Paris-Roubaix, c’est le gonflage. Les coureurs ont tendance à vouloir partir « surgonflés », car ils sont souvent déroutés par les exigences des pavés sur ce plan. Nous allons proposer un gonflage à 4,5 bars, qui sera affiné lors des reconnaissances du parcours. Cancellara, lui, part avec 3,8 bars ! Cette année, nous avons un expert de plus avec nous, Sébastien Hinault, notre directeur sportif, qui connait très bien le sujet, roulait encore sur les pavés la saison dernière et dispose d’une expérience très riche.« 

FacebookTwitterGoogle+