Les 8 de Paris-Nice

Nos coureurs pour la compétition

Après un début de saison prometteur ponctué par 1 victoire, 6 top 3 et 20 top 10, l’équipe s’apprête à disputer Paris-Nice du 05 mars au 12 mars. 
Entouré par Laurent PichonPierre-Luc Périchon et Arnaud Gérard (qui remplace Maxime Daniel, blessé), Daniel McLay aura l’occasion de faire parler sa pointe de vitesse dans les sprints massifs, on rappelle que l’anglais avait pris la 3ème place de la sixième étape du Tour de France 2016. Pour la montagne et le classement général, c’est vers Eduardo SepulvedaArnold Jeannesson (6ème en 2012), Romain Hardy et Maxime Bouet que nos regards se tourneront. 

 

Arnold Jeannesson :
 » Le premier objectif était d’arriver sur Paris-Nice avec une bonne condition, pour le moment tous les voyants sont au vert. Je prendrai le départ avec l’intention de faire une place au général. Nous avons un collectif solide. On a montré que l’on jouait un rôle important sur les courses nationales on va pouvoir se situer sur une épreuve World Tour. Il ne faut pas faire de complexe. On ne s’ennuie jamais sur Paris Nice. On a souvent des conditions extrêmes qui viennent pimenter la course. Je supporte bien la pluie et le froid mais je ne me plains pas quand il y a du soleil (rires).   »
 
Eduardo Sepulveda :
 » L’an passé je n’avais pas pu disputer Paris-Nice, c’était une vraie déception. Nous avons un bon collectif, je pense que pour le général l’un de nous peut tirer son épingle du jeu. Il faudra être vigilant sur la première partie de course et éviter les pièges notamment les bordures. L’objectif sera d’être à l’avant sur les deux dernières étapes. Le niveau est très relevé mais nous prendrons notre chance.  »

Romain Hardy :
« Je me présente au départ de Paris-Nice avec l’objectif d’aider Dan pour les sprints, aider nos grimpeurs pour le général, et jouer ma carte sur une échappée. Il n’y a pas beaucoup d’ouvertures possibles pour les puncheurs. J’y vais avec des ambitions mais je suis réaliste. J’ai participé une seule fois à Paris Nice, en 2011 avec Bretagne Schuller, j’étais parti deux fois dans la bonne échappée, c’est un bon souvenir. J’espère que le prochain sera encore meilleur.  »

Dan McLay : 
« J’ai hâte d’y être et de me confronter aux meilleurs. Dans le sprint et dans sa préparation, on progresse à chaque course. L’équipe fait un super travail pour moi. Il y a trois étapes qui peuvent me convenir, j’espère que tout sera réuni pour que je puisse faire de bons sprints ensuite ce sera aux jambes de parler.  »

Laurent Pichon :
 » C’est la 2ème fois que je participe à Paris-Nice, je suis motivé, c’est une des plus grandes courses du calendrier et on a une belle équipe. On a des ambitions : une victoire d’étape pour Dan, un bon classement général pour Arnold. Moi je vise aussi le chrono, c’est une discipline qui me plait et elle m’avait plutôt réussi il y a deux ans.  »

Maxime Bouet :
 » Je connais bien Paris-Nice et ses routes, c’est le genre de compétition qui me plaît. Beaucoup de paramètres peuvent remettre en cause le scénario de course : les intempéries, le chrono, les bordures, etc. Par expérience, je sais que les 3 premières étapes sont décisives, il faut être très vigilent et avoir une concentration totale tout au long de la semaine. Le moindre écart peut nous faire perdre des places.  »

Arnaud Gérard : 
« C’est toujours une situation un peu particulière de remplacer un coéquipier au dernier moment. Paris-Nice est une très belle course du calendrier. Je suis forcement content d’y participer. J’y vais dans l’objectif d’aider mes leaders, Dan les trois premiers jours et celui qui sera le mieux placé ensuite. Je sais frotter, bien me placer et protéger les gars du vent, on va essayer de faire ça au mieux la semaine prochaine. Il est important que l’on fasse un bon Paris-Nice. C’est une épreuve difficile, les places sont chères mais notre formation a donné les moyens à ses leaders d’arriver en forme. Je sais que Romain, Maxime ou Arnold se sont investis pour cette course. J’espère qu’on sera récompensé. »

Pierre-Luc Périchon :
 » Même si mon début de saison n’est pas à la hauteur de mes espérances, l’équipe m’a fait confiance pour Paris-Nice et j’en suis très content. Mon rôle sera surtout d’épauler Dan et nos grimpeurs mais en fonction de l’évolution de la course et du brieffing, je pourrai peut-être jouer ma carte personnelle, dans les échappées notamment.  « 

FacebookTwitterGoogle+